Le RMD 5.1

Définition : le RMD 5.1 est un remixage en 5.1 à partir d’un mixage mono ou stéréo, incluant le cas échéant une restauration. Par respect de l’œuvre, aucun son extérieur à la bande originale du film n’est rajouté. Le montage son doit se faire uniquement avec les ambiances, effets, bruitages et musique du mixage original.

Nota bene : le remixage 5.1 du Studio MAIA est entièrement artisanal – la spatialisation est effectuée par le mixeur, et non par une machine.


Dès 2001, le Studio accompagne l’avènement du DVD en développant le Remastering Digital 5.1 (marque déposée sous le nom RMD 5.1).

Avec le RMD 5.1, MAIA propose de transformer un mixage mono ou stéréo en vrai mixage 5.1. Tout en respectant l’œuvre à la fois dans son esprit et dans ses composantes sonores originelles (aucun ajout), ce remixage permet de reconstituer un mixage de qualité que tout oppose aux spatialisations mécaniques ou UpMix, ces faux 5.1 qui ne se préoccupent pas des voix intempestives placées à l’arrière ou dénaturées par des effets de résonance inacceptables.

Contrairement au RMD 5.1, le UpMix n’est en effet qu’un procédé de spatialisation effectué par une machine consistant à répartir le même signal sur les 5 enceintes. Ce qui en résulte est catastrophique d’un point de vue artistique et d’un point de vue éthique. Rien n’altère davantage la bande sonore d’un film.

En revanche, le RMD 5.1 du Studio MAIA est une remasterisation véritable : travail effectué artisanalement, par une équipe de monteurs son et de mixeurs, qui reconstitue un mixage 5.1 sans dénaturer la bande-son originale.

Le Studio est à la pointe de ce travail artisanal, respectueux du mixage original (mono ou stéréo), à travers, tout d’abord, le RMD 5.1. Pour poursuivre sur cette voie, MAIA a commencé à développer une technologie qui permet d’isoler des éléments à une échelle encore plus petite, et plus particulièrement ceux de la piste musicale.

Aujourd’hui, le résultat est convaincant. MAIA inaugure cette nouvelle technologie avec la série Chapeau melon et bottes de cuir, pour Studio Canal Vidéo. La musique, qui a pu être dissociée sur une piste séparée, instrument par instrument la plupart du temps, a retrouvé un nouvel éclat, d’une puissance et d’une intensité exceptionnelles.

Cette réussite conjuguée à la solide expérience de MAIA et à la fibre artistique de son équipe dépasse de loin le simple exploit technologique.

Le RMD 5.1 est donc aussi un formidable moyen de pousser plus loin la restauration sonore en multipliant le nombre de voix de diffusion.

Par ailleurs, c’est avec la même exigence que MAIA a développé un processus de vérification des éléments sonores et de masterisation de ces derniers telles que harmonisation, mise à niveau TV et DVD, restauration.

C’est ainsi que peu à peu le Studio MAIA s’est imposé auprès des éditeurs vidéo (TF1 Vidéo, Studio Canal Vidéo, Universal Pictures Video, Gaumont, Éditions Montparnasse, Wild Side…) et des interlocuteurs institutionnels (CST, CNC) comme l’un des spécialistes les plus exigeants de la restauration sonore et du remixage 5.1.

Quelques références de RMD 5.1 parmi plus de 500 films remasterisés en 5.1 :

  • la série Chapeau melon et bottes de cuir, Ran d’Akira Kurosawa (1985 ) et King Kong de John Guillermin pour Studio Canal Vidéo ;
  • la série Twin Peaks, La Leçon de piano de Jane Campion (1993) et Bunker Palace Hotel d’Enki Bilal pour TF1 Vidéo ;
  • Barton Fink d’Ethan et Joel Cohen (1991) pour Wild Side ;
  • la série documentaire Les ailes de la Nature de Jacques Cluzaud et Soupçons d’Alfred Hitchcock (1941) pour Éditions Montparnasse.